LES CARNETS DE SEPI – MON PASSAGE AU CAMBODGE

Bien qu’il ait de petits pieds, Sepi a parcouru de nombreux kilomètres depuis son passage en Thaïlande. Nous le retrouvons à Phnom Pen, dernière étape de son périple au Cambodge. Son sac sur le dos et le sourire aux lèvres, il nous tend son carnet de voyage. Place à la lecture de ses notes.

Angkor en vélo

« Beaucoup me diront que j’étais un peu fou de parcourir autant de kilomètres à vélo, sous la chaleur écrasante du Cambodge. J’aurai peut-être dû prendre un tuk-tuk le dernier jour. L’enjeu était de taille : exploration du site emblématique du pays, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO ! En pédalant, j’ai pu me perdre sur des petits sentiers menant à d’autres temples inaccessibles en quatre roues. Quelle satisfaction de me retrouver seul devant ses monuments incroyables et si bien conservés ! J’ai bien sûr pris une multitude de photos, et je partage avec vous mes préférées. »

Battambang, un site qui m’a bouleversé

« La ville de Battambang n’attire pas énormément de touristes… et pourtant, j’ai adoré ! Ce n’est pas tant son architecture où ce qu’il y a à faire autour qui m’a séduit. C’est son histoire. Quand on va au Cambodge, on a envie d’échanger avec les locaux et l’on se rend compte que ce n’est pas facile. A Battambang, on a la possibilité de comprendre un peu plus le pays et ses habitants. Je me suis donc dirigé vers les maisons traditionnelles. Nous avons sympathisé avec un habitant parlant français. Nous avons échangé sur l’histoire de sa maison. Ce fut très intéressant. Le lendemain, je suis allé en tuk-tuk, aux killing-cave. Cet endroit est émouvant et il m’est très difficile de vous dire si je l’ai aimé ou pas. Ma journée s’est terminée par la bat-cave où j’ai pu voir des millions de chauves-souris sortir d’une grotte à la tombée de la nuit. Le dernier jour, j’ai testé l’attraction principale de la ville : le bambou train. Pour le coup, j’ai bien ri ! Je suis sûr que vous apprécieriez ! »

Le marché de Pursat

En général, personne ne s’arrête à Pursat. J’ai voulu voir à quoi ressemblait cette petite ville reliant Battambang à Phnom Pen. Je n’ai pas trouvé grand-chose à faire sur place. Cependant, j’ai beaucoup aimé son marché local étendu sur plusieurs kilomètres dans toutes les ruelles du centre jusqu’au central market. Ce fut l’occasion de goûter à de nombreux fruits inconnus, de s’enfoncer dans la frénésie locale des acheteurs et des vendeurs, de trouver une nouvelle casquette, de répondre joyeusement aux « Hello ! » enjoués des enfants et d’acheter des encas pour continuer ma route. »

La Mangrove Lodge de Kampot

« J’ai adoré Kampot et Kep. Deux petites villes au bord de la mer, tranquilles et proposant une foule d’activités ! J’ai été voir les grottes, les champs de sel, les champs de poivre mondialement connus et j’ai goûté au fameux crabe de Kep et à l’étrange fruit nommé « durian » ! Mon voyage aurait manqué d’une touche insolite si je n’avais pas passé mon séjour à la Mangrove Lodge de Kampot… Mon bungalow était situé sur la mer et j’ai pu participer à la plantation de la mangrove pendant deux jours. Le programme était simple : je récupérais les graines aux côtés d’autres touristes et nous les plantions. Nous avons également fait un petit tour en bateau traditionnel pour nous rendre sur la mer et admirer le travail de plusieurs années. Sur des kilomètres et des kilomètres, nous pouvions admirer cet arbre jadis maître des lieux. »

Tags :

Partager cet article :